LES OISEAUX DE LA RESERVE DE POUTA-FONTANA (GRÔNE ...

of 34/34
Bull. Murithienne 110 (1992): 3-36 LES OISEAUX DE LA RESERVE DE POUTA-FONTANA (GRÔNE ET SIERRE, VS): SITUATION EN 1989 ET 1990. par Antoine Sierra 1 A Louis Studer pour son engagement à la sauvegarde des marais de Pouta-Fontana. ZUSAMMENFASSUNG Die Vögel des Reservats Pouta-Fontana (Grône und Siders): Zustand 1989 und 1990. Dank systematischen wöchentlichen Zählungen ist der Bestand der Brutvögel festgesetzt worden. Die zahlreichen Ornithologen die Pouta-Fontana besuchen, haben insbesondere Zugvögel beobachtet. Von den 190 schon vorgemerkten Vogelarten haben mindestens 52 einmal gebrütet. Für einige typische Moorarten ist dieses Schutzgebiet die letzte Zuflucht im Wallis. Wir beklagen das Verschwinden der Drosselrohrsänger, wahrscheinlich wegen der Bekämpfung der Mücken. INTRODUCTION Historique de la réserve Menacés par les projets d'assainissement, les marais de Pouta-Fontana auraient subi le sort de toutes les zones humides de la plaine du Rhône, sans l'intervention des sociétés de chasse locales, emmenées par le dévouement de M. Louis Studer, responsable des affaires militaires, et de «Nos Oiseaux», Société romande pour l'étude et la protection des oiseaux. L'ordonnance de protection du 5 octobre 1948 ne suffisant pas, seul l'achat de cette région par le Conseil d'Etat, après l'arrêté de protection du 9 juin 1959, a permis de lui offrir un statut de réserve intégrale. Depuis l'acquisition récente de nouveaux terrains en 1988, la zone protégée s'étend sur 32 hectares environ. 1 Vieux-Canal 50, 1950 Sion. 3
  • date post

    09-Feb-2017
  • Category

    Documents

  • view

    219
  • download

    1

Embed Size (px)

Transcript of LES OISEAUX DE LA RESERVE DE POUTA-FONTANA (GRÔNE ...

  • Bull. Murithienne 110 (1992): 3-36

    LES OISEAUX DE LA RESERVE DE POUTA-FONTANA (GRNE ET SIERRE, VS):

    SITUATION EN 1989 ET 1990.

    par Antoine Sierra1 A Louis Studer

    pour son engagement la sauvegarde des marais de Pouta-Fontana.

    ZUSAMMENFASSUNG

    Die Vgel des Reservats Pouta-Fontana (Grne und Siders): Zustand 1989 und 1990.

    Dank systematischen wchentlichen Zhlungen ist der Bestand der Brutvgel festgesetzt worden. Die zahlreichen Ornithologen die Pouta-Fontana besuchen, haben insbesondere Zugvgel beobachtet. Von den 190 schon vorgemerkten Vogelarten haben mindestens 52 einmal gebrtet. Fr einige typische Moorarten ist dieses Schutzgebiet die letzte Zuflucht im Wallis. Wir beklagen das Verschwinden der Drosselrohrsnger, wahrscheinlich wegen der Bekmpfung der Mcken.

    INTRODUCTION

    Historique de la rserve

    Menacs par les projets d'assainissement, les marais de Pouta-Fontana auraient subi le sort de toutes les zones humides de la plaine du Rhne, sans l'intervention des socits de chasse locales, emmenes par le dvouement de M. Louis Studer, responsable des affaires militaires, et de Nos Oiseaux, Socit romande pour l'tude et la protection des oiseaux. L'ordonnance de protection du 5 octobre 1948 ne suffisant pas, seul l'achat de cette rgion par le Conseil d'Etat, aprs l'arrt de protection du 9 juin 1959, a permis de lui offrir un statut de rserve intgrale. Depuis l'acquisition rcente de nouveaux terrains en 1988, la zone protge s'tend sur 32 hectares environ.

    1 Vieux-Canal 50, 1950 Sion.

    3

  • Le mandat

    Les pionniers de l'ornithologie valaisanne ont publi leurs observa-tions dans le Bulletin de la Murithienne (HAINARD, 1935; DESFAYES, 1950), puis en 1970, PRAZ fait une synthse des vertbrs observs dans la rserve par les naturalistes valaisans. Ces informations souvent succintes, concernent surtout les oiseaux migrateurs, attirant particulirement les observateurs vu leurs diversit et la probabilit de rencontrer le rara avis, denre trs convoite. Jusqu'ici, des recherches en botanique (BRESSOUD, OGGIER & CATZEFLIS, 1977), sur les moustiques (RABOUD, 1979), les libellules (DUFOUR, 1977) et les insectes aquatiques (ZURWERRA, 1988) ont t effectues, mais l'avifaune nicheuse n'avait fait l'objet d'aucune tude suivie, alors que l'un des buts de la rserve est bien de maintenir des biotopes pour assurer la survie long terme de populations d'oiseaux nicheurs. La prsente tude tente de combler cette lacune et ct du recensement des espces, essaye de cerner les modalits qui concourrent la varit de l'avifaune de la rserve.

    La surface tudie dpasse quelque peu le primtre exacte de la zone protge, mais constitue une entit pour les oiseaux. Elle passe par une ligne comprenant la fort de la digue du Rhne, jusqu' l'extrmit ouest de la graviere Solioz, puis rejoint la route Bramois-Grne, qui dlimite la frontire sud jusqu' la carrire Lathion. Le petit canal entre la zone de dversement des boues de la carrire et la rserve limite l'extrmit ouest. C est la Commission de gestion de la rserve et le Service de la Protection de l'Environnement qui ont propos de raliser un inventaire de l'avifaune de Pouta-Fontana, tmoin de la situation actuelle.

    Mthodes de travail

    Pour un recensement le plus complet possible, des relevs furent effectus sur l'ensemble de la rserve, en parcourant systmatiquement tous les biotopes. La mthode utilise rejoint celle de RAVUSSIN ( 1979), qui consiste reporter sur une carte tous les oiseaux chanteurs ou ayant un comportement territorial. Ainsi, l'aspect quantitatif ressort, alors que le ct qualitatif est mis en vidence par des visites dans tous les milieux. Une dcennie d'exprience de la rserve facilita l'approche des biotopes et l'observation dans une rgion aussi complexe et d'accs difficile.

    En 1989 et 1990,21 recensements, durant les 3 heures suivant le lever du jour entre mars et juillet, sont complts par des observations vesp-rales ponctuelles dans le but de prouver la nidification mal aise obtenir d'espces discrtes (Sarcelle d'hiver) ou nocturnes (Blongios, Marouette).

    4

  • digue.

    RHONE

    ^ Fig. 1. Vgtation de la rserve de Pouta-Fontana, tat en 1989, et itinraire de recensement.

  • Avant le dbut des relevs, il a fallu s'armer d'une scie pour se frayer un passage dans les entrelas d'arbustes et de roseaux au coeur de la rserve.

    Les nombreuses observations effectues par les ornithologues, sur-tout valaisans, rgulirement publies dans les Chroniques ornithologiques valaisannes du Bulletin de laMurithienne nourriront l'valuation de l'volution avienne du site.

    De plus, deux saisons de baguement en 1984 et 1985, entre aot et octobre, effectues par la Station ornithologique suisse apportent des informations supplmentaires, en particulier pour les espces voluant dans les roseaux et les buissons durant leur halte migratoire, et passant inaperues l'observateur muni seulement de jumelles. 400 mtres de filet tendus dans les roselires et la fort riveraine ont permis la capture de 6645 oiseaux, et ont montr l'importance de ce site pour les migrateurs reconstituant leur rserves de graisse en vue de la poursuite de leur voyage.

    CADRE DE L'ETUDE

    Conditions climatiques

    Situs au pied d'un abrupt coteau orient vers le nord, masquant le soleil en hiver, les marais de Pouta-Fontana accusent un dficit d'enso-leillement. L'amplitude des variations de temprature mesure Pramagnon est particulirement forte en t, o la diffrence entre le jour et la nuit peut atteindre 20 C. L'hiver, par contre, offre une faible amplitude, car la zone tudie reste dans l'ombre durant 4 mois entre novembre et janvier, voire plus tard son extrmit sud, o la glace persiste jusu' mi-mars (17.3.1989). L'avifaune nicheuse de ce secteur dserte la roselire durant l'hiver et ce n'est gure qu' fin mars que les oiseaux d'eau roccupent cette zone, voire plus tard si le niveau des eaux est trop bas, tel ce fut le cas en 1989, 1990, 1991 et 1992. Le plan d'eau principal, vu sa faible profondeur en hiver, gle facilement et les canards se concentrent sur l'tang sud au bord de la route Bramois-Grne qui est toujours libre de glace, du moins en partie, grce la source. A mi-janvier 1990, toute la surface avait gel et les Anatids avaient dsert les lieux, du jamais vu depuis que la rserve est parcourue rgulirement (C. BOTTANI, comm. pers.).

    La vgtation

    Depuis l'endiguement du Rhne et l'abandon du fauchage des ro-seaux, on assiste l'atterrissement des marais: les formations

    6

  • buissonnantes, puis la fort, gagnaient du terrrain sur les roseaux (BRESSOUD, OGGIER & CATZEFLIS, 1977). Depuis 1980, une vanne construite pour lutter contre les moustiques (RABOUD, 1979) permet de stabiliser les eaux un niveau suffisamment lev pendant l't pour freiner la progression de la fort. La dynamique fluviale qui

    Fig. 2. Le marais laiche leve profite des hautes eaux pour s'installer proximit de l'observatoire (Photo J.-C. PRAZ).

    remaniait chaque anne le paysage des marais, quand le Rhne coulait libre, est donc remplace par ces crues artificielles. En comparant les photographies ariennes de 1977 et 1988, (cf. carte) on peut constater que l'atterrissement est enray, comme l'attestent d'ailleurs les nombreux arbres morts et la progression locale de la vgtation palustre, en particulier de la prairie lache leve (Caricetum elatae). La pinde du Salici-Pinetum ne subsiste plus qu' un stade fossile: pratiquement tous les pins ont pri, car ils ne supportent pas l'inondation. Au bord du canal, la fort de peupliers et de saules (Salici-Populetum) ou la fort aulnes (Alnetum incanae) se maintient, car ses essences supportent les crues temporaires.

    7

  • LES ESPECES D'OISEAUX NICHEURS

    49 espces se reproduisent rgulirement dans la rserve et 3 nichent occasionnellement, ce qui porte le nombre total d'espces ayant nich au moins une fois 52. Les informations les plus rcentes prcisent la situation des espces rares ou typiques des milieux humides dans notre canton. Pour qualifier l'importance des marais de Pouta-Fontana dans le contexte de conservation des espces au niveau national, le statut suisse est prcis dans le tableau insr d'aprs la dernire Liste des espces d'oiseaux menacs et vulnrables en Suisse (ZBINDEN & BIBER, 1989).

    Tout rcemment, certaines espces ont recolonis des territoires abandonns depuis une quinzaine d'annes, dans les roselires notam-ment.

    D'autres voient leurs effectifs s'effondrer, ne rsistant pas la destruction continue de leur milieu (prairies, vergers hautes tiges...). Le statut d'une espce est donc susceptible de varier selon les rgions et les effectifs peuvent se modifier en quelques annes.

    Les oiseaux sont prsentes d'aprs le milieu qu'ils habitent lors de la nidification: les roselires, les roselires buissons, le sous-bois, les forts de peupliers et de saules, et les constructions humaines. Certaines espces trop communes ne sont pas mentionnes et apparaissent unique-ment dans le tableau rcapitulatif des oiseaux nicheurs.

    Les espces des tangs et des roselires, Scirpo-Phragmitetum.

    Grbe castagneux Tachybaptus ruficollis.

    Chasss de Grne par l'asschement et le gel hivernal certaines annes, les nicheurs ne s'installent souvent qu'en avril et pondent tardivement, vers la fin mai, quand la vgtation des roselires atteint un dveloppement suffisant pour dissimuler le nid flottant, construit de tiges de roseaux et de vgtaux rapports du fond de l'eau. Les printemps secs de 1989 et 1990 ont particulirement retard l'installation des nicheurs vu le manque d'eau . De surcrot, certaines pontes sont dtruites par les crues printanires, contraignant le oiseaux pondre une deuxime fois, si bien que les poussins n'apparaissent qu' fin juillet et en aot.

    Blongios nain Ixobrychus minutus.

    Signal comme nicheur rgulier jusqu' la fin des annes septante, il semble avoir disparu par la suite, comme dans certains sites suisses.

    8

  • L'absence d'observation pourrait provenir d'un manque de prospection, de la difficult d'entendre le chant cause du bruit, mais la rserve n'a jamais t aussi bien surveille que durant la dernire dcennie! En juillet-aot 1989 et 1990, nous avons enfin pu observer plusieurs reprises un mle, puis une femelle, toujours au mme endroit, mais ces oiseaux taient virtuellement absents en mai-juin (AS, AL). P.-A. OGGIER observe un individu mi-juin 1992 dans un petit tang Granges laissant prsager une reproduction dans la rgion. Etonnamment, un mle, probablement clibataire, chante assidment au crpuscule du 2 au 8 juillet 1992 dans la roselire la hauteur de la graviere Solioz... Le pygme de nos hrons affectionne particulirement les roselires inon-des, et aiment disposer de mares dcouvertes et de lisires, ainsi que d'une certaine diversit dans la vgtation: petits saules, massettes, scirpes... Un couple se maintient aussi au Vieux-Rhne Loche; il a nich Montorge en 1991 o un jeune a t trouv mort de faim en aot par A. COTTY.

    Hron cendr Ardea cinerea.

    Prsents toute l'anne, jusqu'25 oiseaux frquentent larserve, mais seul un couple en plumage nuptial est observ au printemps et la nidification n'a eu lieu qu'une seul fois avec certitude, en 1983, dans un lot de roseaux, une situation plutt exceptionnelle. En effet, il a l'habi-tude de nicher en colonie dans la frondaison de conifres. Le contingent doit se renouveler constamment, car les adultes restent irrguliers et seuls des groupes d'immatures hantent la rserve; jusqu' 15 estivants en 1990. Quelques individus errent a et l dans la plaine du Rhne, mais aucun autre site de nidification n'existe; des transports de branches ont t observs au coude du Rhne Fully (comm. pers. R. ARLETTAZ).

    Cygne tubercule Cygnus olor.

    Oberv pour la premire fois le 5 aot 1968, l'espce n'a nich qu'en 1978, puis n'a plus russi mener bien de couve depuis 1983, cause des crues printanires artificielles. C'est un oiseau introduit au XIX sicle dans notre pays, alors que la population sauvage se maintient en Scandinavie. A Pouta-Fontana, il apparut probablement la suite d'intro-duction au lac de Gronde (comm. pers. C. BOTTANT). En 1988, aprs plusieurs annes d'chec, le couple de Cygne a adopt une nouvelle stratgie: il a construit deux nids et aprs la ponte dans les deux sites, chaque adulte s'occupa de couver un nid ! C'tait probablement pour ne

    9

  • pas mettre tous les oeufs dans le mme panier... En 1989, la femelle tentait une niche de remplacemnt et couvait encore au dbut aot, date extrmement tardive. Malgr cette obstination, le couple ne russit pas avoir de progniture. La mort de la femelle durant l'hiver rgla le problme pour 1 ' anne 1990... Est-ce que dans un dernier chant du cygne, le mle retrouvera une partenaire ?

    Fig. 3. Le cygne tubercule n'est pas une espce indigne. Pour de nombreux visiteurs, il agrmente pourtant la rserve (Photo J.-C. PRAZ).

    Sarcelle d'hiver Anas crecca.

    Hte de passage, l'espce tait dj prsume nicheuse en 1968 o un mle fut encore observ le 19 mai. Discrte en priode de nidification, la Sarcelle peut facilement passer inaperue et ce n'est que le 7 juillet 1986 qu'une famille est observe. Puis chaque anne, deux couples frquentent la rserve en plein t et essayent de nicher, d'aprs le comportement furtif des femelles dans la roselire. Durant les deux annes d'tude,

    10

  • malgr l'omniprsence des oiseaux, aucune famille ne fut observe, peut-tre cause d'un chec dans la nidification. C'est le seul endroit en Valais o l'espce se reproduit occasionnellement.

    Canard colvert Anas platyrhynchos.

    Avec la foulque, c'est l'oiseau le plus commun des zones humides de Suisse. Prsent toute l'anne dans la rserve, surtout en hiver, le Colvert niche en petit nombre: en 1989 et 1990, 14 couples ont tent de mener terme leur ponte, frquemment submerge par la monte des eaux. Ainsi, les familles sont rares au printemps et les deuximes couves frquentes. Certaines femelles exprimentes pondent trs tt, ds mi-mars, comme l'atteste une famille dj observe le 10 avril 1990, alors qu'habituellement les poussins apparaissent au dbut mai. Certains agriculteurs rapportent avoir trouv un nid dans la pinde au-dessus de la rserve, ce qui semble tre courant chez ce canard.

    L'espce habite de nombreux plans d'eau de la plaine valaisanne, mme certains canaux dont le couvert vgtal s'avre suffisant pour la reproduction. Ce canard, face l'emprise humaine croissante sur la nature, est devenu nocturne dans bien des endroits. La rserve de Grne lui offre la protection et la tranquillit ncessaire pour qu'il soit facile-ment observable durant la journe.

    Canard pilet Anas acuta.

    Migrateur printanier, ce canard a nich pour la premire et unique fois en Suisse en 1985 Pouta-Fontana. Aprs le sjour prolong d'un couple jusqu'en mai, il fallut attendre le 26 juin pour observer la famille. La mue d'un jeune mle hivernant pourra tre suivie durant l'automne. La temprature plutt frache de l'eau Grne aurait ventuellement pu retenir cet oiseau nordique, nichant en petit nombre en Mditerrane. La possibilit qu'un des adultes bless ne pouvait poursuivre son voyage vers le Nord, retenant ainsi son partenaire, ne semble pas exclue.

    Sarcelle d't Anas querquedula.

    Apparaissant surtout lors de la migration printanire, la Sarcelle d't a nich une seule fois Pouta-Fontana en 1966, mais la ponte fut noye (R.-P. BILLE in litt.). Par contre, sa nidification s'avre plus rgulire ailleurs en Suisse, o chaque anne quelques couples essayent de se reproduire. Il n'est pas exclu qu'elle tente de nicher nouveau Grne...

    11

  • Rle d'eau Rallus aquaticus.

    Passant le plus clair de son temps dans l'impntrable vgtation palustre, il se montre peu exigeant et se contente de marais roseaux, massettes, laches ou ajoncs. La prsence des nicheurs n'est atteste que par les chants des mles et les cris des adultes alarmant. Il habite le lac de Montorge, les gravires du Verney Martigny, Finges et le Vieux-Rhne Loche, plus quelques petites gouilles et canaux avec suffisamment de vgtation.

    Marouette poussin Porzana parva.

    Encore plus difficile dceler que le Rle, cette Marouette constitue un attrait majeur pour l'ornithologue Pouta-Fontana. Chaque anne, de mai juillet, 1-2 chanteur sont entendus, autant la nuit que la journe, dans les vastes roselires du sud-est de la rserve ou au nord du canal. Vu l'ardeur des missions vocales, certains mles doivent tre solitaires et la nidification semble irrgulire, en tout cas difficile prouver. De par leur tendue et la qualit des roselires, les marais de Grne subsistent comme un des seuls refuges valaisans de cette espce rare en Suisse.

    Poule d'eau Gallinula chloropus.

    Frquemment observe au bord du canal ou en lisire des massifs de roseaux, la Poule d'eau devient extrmement discrte en priode de nidification. Ce n'est qu'en fin d't que les jeunes se montrent dcouvert, suggrant une forte destruction des premires couves par les crues. De plus, les jeunes ont l'habitude de collaborer avec les adultes pour l'levage d'une seconde niche, ce qui pourrait expliquer le sjour prolong dans la vgtation palustre. De nombreux tangs, dcanteurs d'autoroute ou canaux de la plaine sont coloniss: une dizaine de couple se reproduisent dans la rgion de Martigny (J. CURCHOD in litt.).

    Foulque macroule Fulica atra.

    Cet oiseau, visible toute l'anne, se livre des affrontements belli-queux au printemps, surtout entre les mles dfendant leur territoire. Si l'effectif hivernal se complte d'oiseaux nordiques et s'lve 40 voire 60 ind, seuls 15 couples se reproduisent dans la rserve. Les premires pontes sont dposes fin mars normalement; en 1990, vu la scheresse,

    12

  • les oiseaux ont conserv un comportement hivernal (vie en groupe) jusqu'au dbut mai, puis la monte des eaux leur a permis de recouvrer leur territoire habituel. Nichant dans la vgtation bordant les plans d'eau ou sur les buissons secs demi submergs, elle s'avre donc trs vulnrable face aux crues subites et de nombreuses couves sont dtruites. Capables de pondre une deuxime fois, les foulques parviennet facilement maintenir leur effectif stable. C est de loin la plus florissante population du Valais. Ailleurs, les couples vivent souvent isols ou ptissent des drangements et de la destruction des roselires, comme au Vieux-Rhne Loche.

    Martin-pcheur Alcedo atthis.

    Frquemment observ du printemps l'automne, le Martin-pcheur niche proximit de la rserve dans un site variant d'une anne l'autre, vu le caractre parfois phmre des falaises de sable o il creuse son nid.

    Souvent le couple se courtisant n'est observ qu'en avril, puis les jeunes sont nourris par les adultes dans la rserve. En 1986, il russit nicher dans la graviere en amont de Pouta-Fontana. Un amnagement mriterait d'tre ralis pour fixer cette espce sensible, dont seuls quelques couples nichent en Valais.

    Rousserolle turdode Acrocephalus palustris.

    Jusqu'en 1987, 3 couples se reproduisaient chaque anne Pouta-Fontana et les mles animaient le marais de leur chant rauque et puissant. Avec la disparition de cette grande Rousserolle, la rserve a perdu une de ses voix les plus caractristiques...Exigeante au point de vue du biotope, elle n'habite que les roselires inondes en bordure d'tang, telles qu'on les trouve encore Grne. Alors qu'ailleurs en Suisse ses effectifs se redressaient et que le Blongios, habitant le mme milieu, roccupait les marais de Pouta-Fontana, la disparition de cette espce doit faire interve-nir des causes subtiles, au niveau trophique par exemple, qui nous chappent (cf. commentaire).

    En Valais, cette espce ne subsiste qu'au Vieux-Rhne Loche et un mle cherchait s'installer dans la rgion de Martigny en juin 1988 et 1992. Plusieurs observations durant la priode de reproduction en 1991 laissent supposer qu'elle niche dans une graviere prs de Vige (B. POSSE & E. WIDMANN comm. pers.). Aprs plus de quinze ans d'absence, elle a mme t entendue en juin 1992 Montorge (A. COTTY).

    13

  • Rousserolle effarvatte Acrocephalus scirpaceus.

    Moins exigeante, l'Effarvatte se cantonne dans les roselires denses et abrites, de prfrence inondes aux pieds, l o le sol est plus sec. Elle niche mme dans les fourrs de sureaux et de viornes, en l'absence de roseau. Bien reprsentes dans la rserve, les chanteurs (32 en 1989) se cantonnent surtout en mai, quand les roseaux ont atteint un stade suffisant de croissance. C'est de loin la plus belle population valaisanne, sinon l'espce niche a et l (Montorge, Finges, Ardon, Vieux-Rhne Loche, dcanteurs d'autoroute...).

    Coucou gris Cuculus canorus.

    Le Coucou est attir dans les marais surtout par les Roussrolles dans les nids desquelles il pond, particulirement dans les vastes roselires sud. Une paire occupe la rserve.

    Les espces des roselires buissons Scirpo-Phragmitetum facis Salix purpurea.

    Rousserolle verderolle Acrocephalus palustris.

    Revenant trs tard de ses quartiers d'hiver africains, fin mai et en juin, cette Rousserolle habite les roselires mles de buissons. Au bord du canal, elle habite les formations denses de saules et de viornes. Son milieu de prdilection, qu'elle ne trouve pas Grne, se constitue de hautes herbes reine des prs, mles de roseaux (Aconito-Filipenduletum). 7 chanteurs se cantonnent dans la bordure sud-est de la rserve, 2 le long du canal et 1 dans les petites mares de la graviere Solioz. L'espce niche encore au bord des canaux de la plaine quand la vgtation n'est pas fauche... Elle subsiste en excellente densit au marais d'Ardon.

    Bruant des roseaux Emberiza schoeniclus.

    Ce Bruant ctoie souvent la Rousserolle verderolle dans les milieux en voie d'atterrissement, dj coloniss par les jeunes saules qui lui servent de poste de chant. C'est le premier oiseau se cantonner dans les roselires ds le dbut mars, et il parvient ainsi lever une niche avant les crues vernales. Pour lever une deuxime niche, certains couples se dplacent vers les zones pargnes par les inondations, puisqu'il niche au

    14

  • sol. En mars, les chanteurs s'avrent plus nombreux; des mles de passage compltent l'effectif durant quelques jours, puis disparaissent. Nicheur clairsem dans la plaine du Rhne, le Bruant des roseaux colonisent aussi les milieux humides artificiels (gravires, dcanteurs...).

    Les espces du sous-bois

    Tourterelle des bois Streptopelia turtur.

    Souvent pose sur la ligne lectrique de la digue, cette Tourterelle recherche les bois touffus de feuillus prs de l'eau pour la reproduction. 2 couples nichent dans la partie nord de la rserve. Elle habite en petit nombre la plaine valaisanne, surtout sur les digues du Rhne, quand elle n'ont pas t dboises, et elle se nourrit dans les champs.

    Troglodyte Troglodytes troglodytes.

    Nicheur typique des forts riveraines et des jeunes peuplements riches en couverts denses, le Troglodyte ne trouve qu'en quelques endroits un milieu favorable dans la rserve.

    Rougegorge Erithacus rubecula.

    C ' est un forestier discret durant lareproduction; la preuve de nidification n'est pas toujours aise obtenir.

    Rossignol Luscinia luscinia.

    Chanteur mrite, dont les concerts retentissent ds la fin avril, le Rossignol s'avre plus difficile observer pour le profane, car il ne sort gure du sous-bois inextricable. Il recherche les contres chaudes, prs de l'eau surtout, et il atteint ses meilleures densits en Valais: jusqu' 6 chanteurs sur un kilomtre le long des berges boises du Rhne.

    Grive musicienne Turdus philomelos.

    Cette grive recherche les forts de conifres pour nicher. 2 couples se reproduisent dans la fort de l'est de la rserve, entre la digue et le canal.

    15

  • Bouvreuil Pyrrhula pyrrhula.

    Il atteint sa frquence optimale dans les massifs de conifres de 1 ' tage subalpin. La preuve de reproduction de cet oiseau discret est difficile obtenir: un couple est cantonn prs de la digue du Rhne.

    Les espces des forts de peupliers, de saules et d'aulnes Salici-Populetum + Alnetum incanae.

    Milan noir Milvus migrans.

    Un couple a nich de 1970 1980 dans la rserve (C. BOTTANI); en 1991, un couple est cantonn au-dessus de Pramagnon. Se nourrissant essentiellement de cadavres flottant sur l'eau, ce rapace a une rpartition clairseme dans le Valais central, qui manque probablement de plans d'eau favorables (OGGIER, 1971).

    Torcol fourmilier Jynx torquilla.

    Nichant plutt dans les vergers, le Torcol est devenu une espce rare en Suisse, saufen Valais o il se maintient, mme en plaine. 2 couples se reproduisent dans la rserve, probablement attirs par les vieux arbres lui fournissant des cavits.

    Pic peichette Dendrocopos minor.

    Ce pic s'avre encore rgulirement rparti le long des berges du Rhne, trop souvent son dernier refuge en plaine. Il habite les formations arborescentes au bord du canal et la partie est de la rserve.

    Pouillot siffleur Phylloscopus sibilatrix.

    Il aime les htraies, les frnaies et les forts sous-bois peu prs inexistant. Les biotopes de Pouta-Fontana, en marge des exigences de cette espce, abritent 1 chanteur prs du canal.

    Gobemouche gris Muscicapa striata.

    Chassant les insectes volant dans l'espace libre au-dessous du feuillage des grands arbres, il est donc li des peuplements ars ou des

    16

  • bosquets. En 1990,2 couplent nichaient dans les milieux les plus ouverts de la rserve et 1 prs de la graviere Solioz.

    Corneille noire Corvus corone.

    Nichant normalement sur des arbres levs, deux Corneilles ont nich une fois sur le pylne en amont de l'observatoire. Elles profitent en hiver des composts de l'usine d'incinration d'Uvrier.

    Moineau friquet Passer montanus.

    Une dizaine de couples rpartis en 3 colonies nichent au coeur de la rserve, l o les arbres morts leur offrent des cavits.

    Les espces des vergers, des jardins et de leurs environs.

    La Pie-griche corcheur Lanius collurio.

    L'Ecorcheur a disparu du coteau avec l'extension des vignes. Actuel-lement, un seul couple est cantonn dans les vergers d'abricotiers et niche dans les buissons de sureau, prs des roseaux. Elle ptit du trafic automobile: 3 mles sont trouvs morts le mme jour en juin 1967 (JCP).

    Les constructions humaines.

    La Bergeronnette grise.

    La construction de l'observatoire a permis la nidification d'un couple de Bergeronnette grise Motacilla alba, espce abondante en migration.

    LES ESPECES MIGRATRICES ET HIVERNANTES

    Compltant la prcdante, cette liste passe en revue les espces observes dans la rserve, soit lors de leurs dplacements migratoires, soit lors d'incursions d'oiseaux nichant dans les milieux environnants ou d'immat.ires erratiques.

    Quelques observations provenant de la graviere de Granges sont signales, vu leur intrt; elles concernent des espces prfrant les

    17

  • grands lacs ou les mers et qui s'arrtent dans les eaux plus dgages lors de leur halte en Europe centrale.

    La liste des espces d'oiseaux observs Pouta-Fontana a t dresse d'aprs les travaux de PRAZ, de DESFAYES et d'aprs les chroniques ornithologiques valaisannes et romandes. Dans la mesure du possible, les noms des observateurs sont cits; voici les abrviations utilises:

    RA: Raphal Arlettaz; Carlo Bottani; FC: Franois Catzeflis; JC: Jess Curchot; BF: Bertrand Fournier; JF: Jrme Fournier; AL: Alain Lugon; RL: Ralph Lugon; BM: Bernard Michellod; JCP: Jean-Claude Praz; SP: Stphane Pellaud; AS: Antoine Sierro; IS: Irne Simonetta; EW: Emmanuel Widmann.

    m.: mle; f.: femelle; imm.: immature.

    Liste systmatique

    Plongeon indtermin: 1 le 21.12.1984 la graviere de Granges (JCP), probablement un Plongeon arctique. Plongeon arctique: 1 le 12.11.1990 la graviere (EW). Grbe castagneux: jusqu' 13 ind. observs en hiver, parfois aucun. Grbe hupp: une seule observation dans la rserve le 31.3.1982; il est par contre trs rgulier dans la graviere, maximum de 8 ind. (AS, AL). Grbe jougris: hivernage exceptionnel d'un ind. la graviere du 12.12.1987 au 28.2.1988 (AS, AL). Grbe cou noir: migrateur rare en Valais, seules 6 observations dont 3 Grne: 1 le 25.4.1977 (CB); 1 le 5.8.1982 (AS); 2 le 20.4.1988 la graviere (AS).

    Grand Cormoran: pas signal par PRAZ en 1970, les observations sont rcentes, la suite de l'explosion des effectifs hivernants en Suisse; irrgulirement, des immatures s'attardent quelques jours: 1 du 15 au 20.9.1982; 1 imm. le 24.5.1986 (IS, AS)... et jusqu' 6 du 3 au 9.4.1988 (AS, AL).

    Blongios nain: 3 migrateurs le 25.5.1990 (IS). Hron bihoreau: 1 ind. sjourne jusqu'au 8.6.1967; c'est surtout un migrateur printanier, de mi-avril dbut mai: maximum de 7 du 24 au 27.4.1983 (AS, BF). Rare en automne: 1 imm. le 9.8.1969 (JCP); 1 les 17 et 18.8.1979 (RL). Hron crabier: apparitions printanires sporadiques: 1 en mai 1968 (J.-M. Rappaz); 1 le 4.5.1969 (JCP); 1 le 21.5.1985 la graviere (AS); 1 le 29.5.1987 (A. Haenel). Aigrette garzette: apparitions rgulires de d-but avril ( 1 le 6.4.1985, BF) fin mai. Maximum de 3 ind. le 6.5.1988 (IS, AS). Hron cendr: 10 20 hivernants selon les annes, maximum de 27 ind. Hron pourpr: migrateur rgulier en avril-mai; 1 ind. est trouv mort sous la ligne tlphonique le 14.4.1985 au sud-est de la rserve

    18

  • Fig. 4. Au premier printemps, la vie parait ralentie sur les vasires et dans les roselires. (Photo J.-C. PRAZ).

    (AS);1 le 10.6.1989 (AS); rare en automne: 1 les 1 et 18.8.1991 (EW, JCP); 2 le 25.8.1991 (JCP).

    Cigogne noire: 2 survolent la rserve le 29.8.1984 (AS). Canard siffleur: migrateur irrgulier de fvrier fin avril (28.4.1986);

    1 m. hivernant le 18.12 et 3.1.1986 (AS); quelques observations en novembre. Canard chipeau: migrateur printanier irrgulier en petit nombre; quelques observations d'hivernants. Sarcelle d'hiver: prsente toute l'anne, surtout en migration; maximum en hiver: 65 le 22.12.1985 (BM). Canard colvert: canard le plus abondant en hiver o l'effectif oscille enre 100 et 400 ind. Canard pilet: migrateur printanier rgulier de fvrier avril; maximum de 10 ind. du 4 au 7.4.1988 (AS, AL); rare en automne, seules 4 observations; aprs la nidification exceptionnelle de 1985, un jeune est observ de septembre mars (AS). Sarcelle d't: rgulire en migration de fin fvrier dbut mai, maximum de 20 le 25.3.1967 (BM) et 16 le 20.3.1982 (IS, AS); aucune observation automnale vu sa migration en boucle. Canard souchet: rgulier en mars-avril o le

    19

  • mauvais temps bloque parfois de grosses troupes: 27 le 30.3.1988 (IS). Une observation tardive d' 1 m. et de 2 f. le 12.6.1967 (JCP); une seule donne hivernale le 18.1.1987 (AS).

    Nette rousse: migrateur rare en Valais: 1 m. du 14 au 17.9.1967 la graviere (JCP), o 1 couple est aussi observ le 19.4.1986 (AL); 1 couple le 7.4.1979 dans la rserve (SP); 3 f. le 26.2 et 1 le 22.12.1982 (AS,BF); apparition exceptionnelle d'une f. du 22.5 au 18.6.1988 (IS, EW). Fuligule milouin: rgulier de l'automne au printemps; date tardive d'un m. le 17.5.1986 (AS, AL). Fuligule morillon: trs rgulier autant en migration qu'en hiver, mais toujours en petit nombre, jusqu' 5 ind. Garrot oeil d'or: 1 le 19.3.1973 (M. Perraudin). Harle piette: hte d'hiver observ deux fois dans les annes septante (IS) et 1 du 25.2 au 3.3.1991 (IS, AL). Harle bivre: 1 couple le 24.3.1986 (AL) et du 7 au 29.3.1987 (IS, AL, JC). Une observation en automne: 1 f. les 16 et 19.10.1985 (AL, AS, BF).

    Bondre: apparat en mai, lors du retour des migrateurs; les nicheurs de la rive droite survolent parfois la rserve. Milan noir: observations occasionnelles de quelques migrateurs. Milan royal: les observations sont rgulires depuis les annes quatre-vingt seulement, au printemps surtout; 1 vole vers l'aval le 9.12.1984 (AS); 1 le 17.5.1985 (AS, BF). Busard des roseaux: migrateur rgulier en avril-mai, maximum de 5 quittant la rserve le matin du 13.4.1990 (AS); plus rare en automne. Busard Saint-Martin: 1 m. le 13.10.1968 (JCP). Balbuzard: observ chaque anne d'avril mai, mme 2 ind. le 19.4.1989 (AL); rare en automne: 2puis 1 du21.9au5.10.1967 et 1 du 4 au 9.10.1977 (CB); l ie 9.9.1991 (JCP). Autour: nichant sur le coteau, il est rgulier dans la rserve, particulirement en hiver, o il capture autant les oiseaux d'eau que les passereaux. Un imm. est dj observ le 26.7.1990 (AS). Eper-vier: Il n'est observ que de l'automne jusqu'au dbut du printemps. Buse variable: nichant sur le coteau, elle chasse rgulirement dans la rserve. Aigle royal: observ en hiver sur les crtes de Nax, il a t vu aussi dans la rserve (CB). Faucon crcerelle: PRAZ (1970) la signale comme chassant toute l'anne dans les environs; l'espce s'avre irrgu-lire aujourd'hui, depuis la disparition des prs et des pentes sches. Faucon kobez: 1 ind est observ en septembre 1984 (M. Berger). Faucon hobereau: observations rcentes, mais irrgulires d'immatures; 1 les 19.6. et 29.7.1987 (AS, AL); 1 le 12.7.1990 (AS). Faucon plerin: attir en automne par les concentrations d'tourneaux, il s'observe parfois en hiver, passant en vol au-dessus de la rserve.

    Gelinotte des bois: un ind. descendu du coteau est observ en octobre 1984; 1 se rgale de baies le 29.10.1988 (IS). Perdrix grise: signale comme nicheuse en 1970, elle a disparu depuis, victime de la trans-formation des mthodes agricoles. Caille: nicheuse dans les prs l'est

    20

  • de la rserve en 1970, elle n'y a plus t entendue. Faisan: nichait autrefois dans la partie sche; des individus issus de lchers sont observs proximit de la rserve.

    Rle d'eau: quelques ind. hivernent quand les conditions le permettent. Marouette ponctue: le chant entendu les 15.6.1968 (JCP) et 14.7.1969 (BM) laisse supposer une nidification, sinon observe en migration: 1 le 29.8.1983 (BF); une capture afin aot 1985 (L. Jenni). 1 le 1.3.1986 (IS); 1 le 3.4.1989 (EW); 1 entendue le 15.3.1991 (AS). Marouette poussin: ct des individus essayant de nicher, c'est surtout un migrateur discret; 1 du 6 au 9.4.1975 (FC); 1 le 27.8.1985 (IS). Rle des gents: encore entendu le 15.6.1968 (J. Burnier). Poule d'eau: quasiment absente en hiver. Foulque: l'effectif des nicheurs se voit renforc par les migrateurs (jusqu' 80 ind. en octobre) et les hivernants (une quarantaine d'oiseaux, selon les conditions mtorologiques et la surface d'eau libre).

    Echasse blanche: 1 le 17.5.1986 (AS, BF). Avocette: apparition exceptionnelle de 3 ind. volant vers l'aval le 8.11.1981 (AS). Petit gravelot: rgulier sur les vasires au printemps, voire en automne (2 le 15.8.1990 dans la graviere Solioz, AS); en 1969, il a probablement nich dans la graviere (CB). Grand Gravelot: migrateur rare en Valais; 2 du 14 au 21.9.1967 (JCP); 1 le 19.3.1991 (IS). Gravelot collier inter-rompu: 1 les 27 et 28.4.1986 la graviere (AL, AS). Pluvier dor: 1 passe sur la graviere le 2.4.1986 (AS). Pluvier argent: 1 le 27.4.1969 (BM, JCP); 1 le 7.4.1990 dans une fraisire Grne (EW). Vanneau hupp: apparitions rarissimes dans la rserve: maximum de 9 le 13.3.1968 (CB); 2 le 12.3.1987 (IS). Bcasseau sanderling: 1 le 6.5.1991 (EW), deuxime observation pour le Valais. Bcasseau minute: 1 3 ind. ont sjourn du 15 au 21.9.1967 (CB, JCP); 2 le 19.9.1990 (AS, IS, C. Keim, P.-A. Oggier). Bcasseau variable: 1 probable observation de 3 ind. le 22.5.1968; 1 le 2.9.1973 (B. Bressoud). Chevalier combattant: 2 observations de migrateurs seulement: 1 le 15.9.1967 (CB); 7 les 25 et 26.4.1987 (AS, AL). Bcassine des marais: frquente en migration dans les annes septante, maximum de 5 le 19.9.1967, elle s'est rarfie; observe en mars-avril, maximum de 2 le 29.3.1987 (AS, AL), et de septembre novembre; rare en hiver: 1 le 4.2.1988 (RA, JC). Bcasse des bois: 1 migratrice le 6.4.1984 (IS). Barge queue noire: migrateur rare en Valais, 5 les 28 et 29.8.1967 (CB, JCP); 1 le 30.3.1986 (IS). Courlis cendr: apparition accidentelle chez nous, 1 le 28.8.1967 et cris noctur-nes le le 26.3.1968 (JCP). Chevalier arlequin: 2 du 15 au 21.9.1967 (CB, JCP); 1 le 28.4.1968 (JCP): isol les 1 et 24.8.1968 (BM); 1 le 9.4.1992 (AL). Chevalier gambette: apparition rgulire d'isols en mars-avril, maximum de 3 le 14.9.1967 (JCP). Chevalier aboyeur: rgulirement des isols d'avril mai. Chevalier culblanc: c'est le limicole le plus rgulier dans la rserve, surtout de mars avril et d'aot septembre;

    21

  • apparitions estivales d'l ind. le 8.6.1967 (JCP) et le 12.7.1990 (AS). Chevalier Sylvain: presque aussi rgulier que le Culblanc, il s'observe d'avril mai, avec une donne htie du 13.3.1989 (AS); rare en automne. Chevalier guignette: rgulier au printemps et en automne, jusqu' 5 ind. ensemble. En mai 1987, un couple frquentait la peupleraie en aval de la graviere...(AS).

    Mouette mlanocphale: 1 le 16.4.1973 (FC). Mouette pygme: 1 imm. les 25 et 30.8.1988 (JF, JCP). Mouette rieuse: rgulire, isole ou en petit nombre durant toute l'anne; transhumance frquente de vols rassemblant jusqu' 80 ind. depuis le Lman en hiver. Goland cendr: rares apparitions: plusieurs en janvier 1980 (SP, RL); 1 imm. le 27.4.1986 la graviere (AS, AL). Goland leucophe: 1 le 15.4.1989 et 1 ad. le 13.4.1990 (EW). Guifette moustac: peu frquente: 1 le 10.4.1981 ; 1 les 1.4. et 22.5.1983 (BF,IS);1 le 27.4.1986 (AS). Guifette noire: rgulire, mais en petit nombre de mai juin et d'aot septembre; 2 le 25.6.1985 (AS,BF);maximumde35ind.le4.5.1984(IS,AS);lle7.10.1991!(AS). Guifette leucoptre: observation irrgulires d'isols en mai et en aot; 1 le 8.5.1977 (RA, SP, S. Gonvers); 1 le 18.5.1983 (AS, BF); 1 les 4 et 5.5.1984 (IS, AS, CB, AL); 1 le 9.8.1985 (AS, AL).

    Pigeon ramier: nicheur sur le coteau, il est frquent au-dessus de la rserve.

    Hibou petit-duc: entendue en 1950 par DESFAYES et le 11.5.1960 par J.-P. REITZ, l'espce a disparu de la plaine du Rhne ds 1969 (B. MICHELLOD) et actuellemnt, elle est strictement confine au coteau du Valais central (ARLETTAZ, 1990). Hibou grand-duc: depuis quelques annes, chasse nouveau dans la rserve (ARLETTAZ, 1988); J.-C PRAZ dcouvre une plume d'adulte en mars 1991 dans l'observatoire sur une plume de Foulque ! Chouette chevche: observe autrefois en chasse dans la rserve, elle nichait dans les vergers environnants; elle a actuel-lement disparu de Bramois enl988, dernier refuge valaisan de l'espce (AS, AL). Chouette hulotte: chante rguliremen dur le coteau. Hibou moyen-duc: de 1963 1968, un couple a nich chaque anne, mme 2 en 1966 (CB); une seule observation rcente d'un couple le 22.3.1990, en aval de la graviere (AS).

    Engoulevent: prsent autrefois sur le coteau, il a disparu avec l'extension du vignoble (JCP, SIERRO, 1991).

    Martinet noir: rgulier en avril-mai au retour de migration. Martinet alpin: quelques observations irrgulires de fin-mars avril, lors du passage.

    Martin-pcheur: le baguement a permis de mettre en vidence le passage de 16 ind. en automne 1984 et 11 en 1985; quelques observations d'hivernants. Gupier: espce mditerranenne observe irrgulirement dans notre canton; 3 le 5.9.1965 (CB); 6 ind. dont des jeunes du 31.8 au

    22

  • 7.9.1977 (RA, RL, SP), en lien avec une nidification probable Ayent, qui serait la premire preuve pour la Suisse (ARLETTAZ & ai, 1988).

    Huppe: nichait rgulirement dans la rserve (CB); en 1990,1 couple visite les arbres morts, mais il s'est finalement install en amont de la zone protge.

    Pic noir: entendu sur le coteau. Alouette lulu: nichait dans la partie sche de la rserve la fin des

    annes soixante (CB, JCP); jamais plus observe depuis. Alouette des champs: niche dans les prs l'est de la rserve, sinon observe en migration au-dessus des marais.

    Hirondelle de rivage: hte de pasage rgulire, plus abondante au printemps, maximum de 80 ind en mai; le mauvais temps peut retenir les oiseaux jusqu'en juin. Hirondelle de rochers: les migrateurs sont ob-servs de dbut mars au mois de mai. Niche non loin de la rserve, aux mines de Granges et dans les rochers de la Derotchia Pramagnon. Hirondelle de chemine: rgulire de mars septembre, surtout en migration. Niche Bramois et Pramagnon. Hirondelle rousseline: une seule observation dans la rserve le 16.4.1992 (RA). Hirondelle de fe-ntre: nombreuse d'avril septembre sur les marais, surtout durant le passage. Niche dans les villages environnants.

    Pipit rousseline: 1 ind. est tu par une voiture le 15.4.1989 l'est de la rserve (AS). Pipit des arbres: observ parfois en migration, niche dans la peupleraie en aval de la graviere. Pipit farlouse: parfois en mi-gration, mais plutt rare; 2 captures en automne 1985. Pipit spioncelle: hte d'hiver trs frquent de septembre mai; dates extrmes: 5.8.1983 (AS) et 2.5.1968 (JCP).

    Bergeronnette printanire: nombreuses de fin mars mai quand les zones inondes ne font pas dfaut; plus rare en automne, o elle est observe jusqu'en octobre (13.10.1968, JCP). Bergeronnette des ruis-seaux: hiverne parfois dans la rserve ou au bord du Rhne; niche l'embouchure de la Lienne. Bergeronnette grise: trs nombreuses en migration, jusqu' 150 le 22.8.1968 (JCP).

    Jaseur boral: apparitions accidentelles lors d'invasions hivernales: 29 les 12 et 27.2.1966 (CB); 15 le 5.1.1968 (FC). Cincle plongeur: hte d'hiver sur le Rhne de septembre avril; jamais observ dans la rserve. Troglodyte: plus nombreux en hiver. Accenteur mouchet: hivernants signals ds septembre, des attards chantent jusqu'en avril sur les berges.

    Rougegorge: l'effectif nicheur est complt par de nombreux hi-vernants et migrateurs transalpins. Gorgebleue: 1 m. miroir roux le 20.4.1969 (BM); 1 capture le 17.9.1985 (M. Berger); 1 le 28.3.1987 (IS). Rougequeue noir: arrive ds mars et niche dans la carrire; observ dans la rserve en migration. Rougequeue front blanc: observ en migra-

    23

  • don, mme dans la roselire le 23.4.1986 (AS). Traquet tarier: nichait dans les prs l'est de la rserve, mais a disparu depuis; observ en migration dans les jardins. Traquet ptre: de 1967 1969, un couple semble nicher dans la rserve; 1 couple se cantonnait l'extrmit sud-est de la rserve la fin des annes septante (RL,SP,RA), aucune observation depuis. Traquet motteux: rarement observ en migration, une capture mi-octobre 1984 (L. Jenni). Grive litorne: nombreuses en hiver, o elle passe la nuit par centaine sur les berges et dans les grands arbres de la rserve. Grive musicienne: nombreuses lors de la migration printanire ds fin fvrier o les mles se livrent de vritables concerts vespraux; certaines passent l'hiver dans larserve (3 le 29.12.1986, AS). Grive draine: nichant sur le coteau, elle est rgulire dans la rserve en hiver.

    Bouscarle de Cetti: 1 ind. captur le 8.9.1984 et 1 entre les 23 et 27.10.1984 (L. Jenni). Locustelle tachete: migratrice rgulire de fin avril (19.4.1987, AS) jusqu' fin mai; 1 chanteur le 18.6.1950 laisse supposer une tentative de nidification; 6 ind. capturs en automne 1985 attestent aussi une migration automnale. Phragmite des joncs: entendu chaque anne mi-avril dans les roselires; en automne 1985,5 ind sont capturs. Rousserolle effarvatte: la capture de 450 ind en 1985 suggre un fort passage automnale. Rousserolle turdode: 19 captures en automne 1984 documentent une migration automnale passe inaperue jusque l. Hypolas ictrine: 19 sont capturs en 1984 (L. Jenni). Hypolas polyglotte: 1 m. chante le 27.5.1989 la graviere Solioz (AS). Fauvette passerinette: une seule observation de cet oiseau mditerranen en expansion, 1 m. le 30.4.1986 (AL). Fauvette babillarde: rgulire en migration ds mi-avril; 8 ind. son capturs en automne 1984. Fauvette grisette: signale comme nicheur rpandu le long de la route et du Rhne par PRAZ (1970), cette espce ne niche plus et n'est observe qu'irrgu-lirement en petit nombre au printemps et en automne. Fauvette des jardins: surtout de passage au printemps et en automne, o 260 ind. sont capturs en 1984 (L. Jenni). Fauvette tte noire: abondante en migration printanire et en automne o 500 ind sont capturs en 1985. Pouillot de Bonelli: apparitions isoles dans la rserve en avril et en aot-septembre; il niche sur le coteau. Pouillot siffleur: rgulier en migration. Pouillot vloce: abondant en migration ds mars et en automne o 485 sont capturs en 1985. Pouillot fitis: trs commun de fin mars mai, il s'avre plus rare en automne o la migration commence au dbut aot (htif le 29.7.1985, AS) et s'tendjusqu'fin septembre (20.9.1968, CB); 27 sont capturs en 1985. Roitelet hupp: hte d'hiver frquent. Roitelet triple bandeau: en petit nombre de l'automne au printemps; hiverne parfois, notamment en 1966-1967, (CB).

    24

  • Gobemouche gris: rgulier en migration, 36 sont capturs en automne 1985. Gobemouche collier: une seule observation d' 1 m. le 24.4.1985 (AS,BF). Gobemouche noir: en abondance variable lors de la migration: pratiquement absent certains printemps, il est captur 61 fois en automne 1985.

    Msange moustaches: 2 le 6.12.1975 (CB), en lien avec l'expan-sion de l'espce en Suisse ds 1971 (ANTONIAZZA & LEVEQUE, 1977). Msange longue queue: rgulire en bande durant l'hiver. Msange nonnette: quelques hivernants. Msange borale: hte d'hi-ver rgulier. Msange huppe: nichant sur le coteau, elle apparat parfois dans la rserve. Msange noire: quelques hivernants. Msange bleue: nombreuse dans laroselire en hiver. Grimpereau des bois: hte d'hiver seulement; 4 captures en 1985.

    Msange rmiz: un nid inachev trouv terre le 11.5.1960 (J.-P. REITZ) est la seule tentative de nidification de cette espce, rgulire-ment observe en migration; vingtaine le 21.4.1990 (AS); 2 volent vers l'aval le 12.7.1990 (AS).

    Loriot: niche au bord du canal en amont de la rserve, o il n'est vu qu'en migration.

    Pie-griche corcheur: 13 ind. sont capturs en automne 1985. Pie-griche grise: note comme nicheuse au dbut du sicle par DESFAYES, elle n'tait plus qu'une hivernante la fin des annes soixante. Aucune observation rcente, si ce n'est en janvier 1990 Rchy (EW, AL, AS). Pie-griche tte rousse: nichait encore dans les vergers l'est de la rserve en 1970; 1 migratrice le 10.5.1987 (AL).

    Choucas: signal comme nombreux en hiver dans la dcharge d'Uvrier parPRAZ, il n'y est plus observ, 1 survole la rserve le 17.4.1985 (AS). Grand Corbeau: niche dans les gorges de la Derotchia; les oiseaux dormant sur le coteau ou dans un autre site Vex, survolent souvent la rserve. Etourneau: plus de 10 000 ind, passent la nuit dans la roselire en octobre.

    Moineau domestique: jusqu' une cinquantaine observs au bord de la route, o ils sont attirs par les vergers; ils nichent dans les maisons des vignes. Pinson du Nord: parfois nombreux venir passer la nuit dans la rserve en hiver; pas d'observation rcente. Serin cini: troupe comptant jusqu' 40 ind. observe en hiver dans les friches, ou au bord du Rhne. Venturon montagnard: hte d'hiver irrgulier: 6 ind. passent la nuit dans un saule de la roselire le 4.3.1990 (AS). Chardonneret: rgulier en petits groupes en hiver sur les berges ou dans les jardins. Tarin: abondant certains hivers sur les aulnes. Linotte: en petit nombre dans les friches en hiver. Sizerin: frquent en hiver sur les berges, des couples s'attardent jusqu'en avril dans la rserve, mais ne semblent pas s'y reproduire. Niche dans les vergers de Grne et de Saint-Lonard. Bou-

    25

  • vreuil: c'est surtout un hivernant rgulier, qui descend en petite troupe du coteau, attir par les baies des viornes et des sorbiers. Grosbec: trs rgulier toute l'anne sur les berges.

    Bruant jaune: hiverne dans les prs 1 ' est de la rserve et passe la nuit dans les roseaux. Bruant fou: ne semble plus nicher, mais hiverne rgulirement sur le coteau et passe la nuit dans les buissons de la rive sud; 28 captures en octobre 1984 (L. Jenni). Bruant ortolan: signal comme nicheur dans les prairies par PRAZ, il a totalement disparu et n'est plus signal en migration. Bruant des roseaux: chaque anne, quelques oiseaux passent l'hiver; 158 captures en automne 1985 documentent un passage toff.

    COMMENTAIRE

    Statut des espces

    Depuis que les ornithologues frquentent la rserve, 186 espces d'oiseaux ont t observes dans le primtre de la zone protge, voirel90 si on y ajoute la graviere de Granges et ses environs. Les marais de Pouta-Fontana s'avrent donc un haut lieu de l'ornithologie valaisanne.

    49 espces se reroduisent rgulirement dans la rserve, et 3 ont nich au moins une fois. La reproduction de 6 d'entre elles a t prouve depuis 1966 seulement. A ct des espces disparues lies l'agriculture traditionnelle et qui nichaient l'est de la rserve, donc l'extrieur de la zone humide protge, et dont l'extinction est imputable l'intensification gnralise des techniques agricoles, seules deux esp-ces nicheuses ont dlaiss les marais de Pouta-Fontana: le Milan noir et la Rousserolle turdode. Une nouvelle espce s'est installe grce au poste d'observation, la Bergeronnette grise.

    La migration

    Sa superficie considrable (32 hectares) et son accs difficile assurent la tranquillit ncessaire pour les oiseaux nicheurs ou migrateurs, qui, puiss, reconstituent leur rserve de graisse durant une escale entre deux tapes de leur priple migratoire.

    Les espces migratrices sjournent rgulirement, mais toujours en petit nombre; leur apparition dpend fortement des conditions mtoro-logiques. Pendant la migration, les perturbations atlantiques dportent les oiseaux l'intrieur des Alpes; une situation de foehn favorise la fuite des

    26

  • migrateurs vers le nord par les valles inta-alpines. Durant une priode instable entrecoupe d'claircie et de pluies, l'observateur peut assister au dfil des canards, des rapaces, des hrons, des larids et des limicoles. Les longues priodes chaudes soumises l'influence d'un anticyclone, favorisent le retour prcoce des nicheurs ou la visite d'espces mditer-ranennes s ' aventurant vers le nord, la faveur des courants chauds ; mais ces situations sont pauvres en apparitions d'espces migratrices inhabi-tuelles.

    Les milieux

    Une des richesses de Pouta-Fontana rside dans la diversit en habitats: la fort dense, les boisements clairsems, les formations arbustives et les diffrents types de roselires permettent chaque espce de s'installer selon ses exigences cologiques. La rgulation du niveau d'eau a permis d'enrayer l'atterrissement et de restituer certains types de vgtation. L'tendue du plan d'eau principal a fortement augment et est devenue plus accueillante pour les canards en migration, comme l'atteste le nombre lev d'observations rcentes.

    La zone la plus importante pour les oiseaux nicheurs caractristiques des marais s'tend dans les roselires du sud-est de la rserve, o de petits plans d'eau alternent avec les roseaux, massettes et joncs. C'est l qu'en priode de nidification nous trouvons le Blongios nain, la Marouette poussin, la Sarcelle d'hiver, le Rle d'eau, le Grbe castagneux, la Rousserolle trudode jusqu'en 1987, et en priphrie les Rousserolles effarvatte et verderolle. Les vergers d'abricotiers gardent leur attrait pour une espce quasiment radique de la plaine valaisanne, la Pie-griche corcheur.

    Les eaux

    La monte rapide du niveau mi-mai provoque l'immersion de nombreux nids de Foulques, des Colverts, du Cygne et probablement d'autres oiseaux. A l'exception du Cygne, ces espces sont capables d'effectuer une seconde couve, assurant ainsi leur prennit. Au prin-temps 1989 et surtout en 1990,1991, et 1992 le manque de prcipitation hivernale abaissa le niveau d'eau et la surface inonde diminua de moiti, empchant une partie des Foulques de nicher avant dbut mai. Mme les Bergeronnettes ne trouvaient plus leurs terrains de gagnage favoris, des sols humides et des eaux peu profondes.

    27

  • La rserve ptit des eaux eutrophes, venant presque exclusivement, en hiver, de la Station d'puration de Granges. La prolifration des algues sur le plan d'eau principal durant l't, tmoigne aussi d'une surcharge en nitrates et en phosphates (ZURWERRA, 1988). Cet apport en l-ments nutritifs favorise la croissance rapide des roseaux qui deviennent fragiles. De trop nombreux dchets, allant de la bouteille en plastique au tonneau rempli d'essence sont vhiculs par le canal et pntrent dans la rserve lors des crues. En t, la Rche amne des eaux froides charges de limons, opaques aux rayons de lumire et empchant le dveloppe-ment d'une flore aquatique propice aux communauts d'insectes. Ainsi, autant la flore que l'entomofaune, et par consquent les chelons sup-rieurs des chanes alimentaires ptissent de ces eaux froides, troubles et pollues. Le rejet des eaux de la STEP directement dans le Rhne, ventuellement aussi le dtournement de la Rche, sont des mesures souhaitables pour l'avenir de la rserve.

    La dmoustication

    La problmatique

    Vritable rservoir moustiques, la rserve de Pouta-Fontana tait conspue par la population avoisinante cause de son rle dans la prolifration de ces insectes importuns, svissant dans les villages de Grne et de Granges, et mme jusqu' Nax, 700 m au-dessus des marais. Au dbut des annes septante, un nourrisson aurait mme succomb aux assauts de ces diptres voyageurs...

    Sur proposition de la Ligue Valaisanne pour la Protection de la Nature, le Service de la Protection de l'Environnement et l'EPF-Z ont mandat M. Grgoire RABOUD pour une tude cologique des moustiques et pour laborer un plan de lutte efficace tout en respectant la faune et la flore. Les rsultats ont montr que le site abrite 17 espces de moustiques de la famille des Culicidae, mais qu'une seule, Aedes vexans, cause le 90 % des piqres (RABOUD, 1979). L'oeuf est le stade d'hibernation du genre Aedes et les femelles de ce genre pondent exclusivement sur le sol humide couvert de litire vgtale (fort riveraine, marais temporaires, prairies basses immerges, et l'extrme, creux des chemins), exond lors de 1 ' abaissement du niveau des eaux, pouvant survenir plusieurs fois par an entre mai et octobre. L'closion a lieu la monte de l'eau, pour autant que le liquide atteigne 10 C. Le dveloppement larvaire est aquatique et dure de 10 jours plusieurs mois selon la temprature de l'eau. Ensuite, l'envol des imagos (insectes adultes) survient; les femel-les, hmatophages, se dplacent vers les villages environnants pour

    28

  • Fig. 5. La vanne de rgulation du niveau des eaux la sortie de la rserve, ct ouest (Photo J.-C. PRAZ).

    prendre un repas de sang, alors que les mles se nourrissent de nectar. L'hydrodynamique s'avre donc le facteur principal qui dtermine le moment et l'endroit des prolifrations des populations larvaires, ainsi que des traitements larvicides (RABOUD, 1979).

    La lutte antimoustique

    La construction d'une vanne sur la partie avale de la rserve, permet de moduler le niveau d'eau et de provoquer l'immersion et l'closion de tous les gtes de ponte mi-mai, quand la temprature de l'eau est favorable.

    Ensuite, on pratique un traitement larvicide, 8 jours aprs la mise en eau, avec un rgulateur de croissance slectif, le Dimlin (diflubenzuron). A une dose de 50 g m.a./ha, la mortalit, qui apparat lors d'une mue primaginale, est totale entre 5 et 45 jours aprs l'application du produit.

    29

  • Il s'agit donc d'une lutte chimique antilarvaire, non conventionnelle, avec une substance totalement biodgrade aprs 6 jours (RABOUD, 1979). Dans un souci constant d'amliorer les mthodes d'intervention pour diminuer les perturbations du milieu, des essais de lutte larvicide biologique avec l'utilisation d'une souche bactrienne, du nom de Bacillus thuringiensis, ont donn entire satisfaction, tant au point de vue efficacit que slectivit.

    L'impact sur l'avifaune

    De trs nombreux oiseaux migrateurs s'arrtent dans la rserve lors de leurs dplacements saisonniers ou sont carrment bloqus plusieurs jours dans la plaine du Rhne cause du mauvais temps. C ' est ce moment que les abondants moustiques et autres menus diptres peu exigeants jouent un rle dcisif dans la reconstitution des rserves de graisse chez les oiseaux migrateurs en halte. Un traitement larvicide aussi efficace, mme s'il ne porte que sur une espce, va forcment appauvrir l'offre en nourriture de la rserve, surtout si la dmoustication s'attaque l'espce la plus abondante.

    Au dbut des annes quatre vingts, lors de nos premiers pas en ornithologie, nous pouvions noter chaque printemps et chaque automne des centaines d'Hirondelles et de Martinets chassant au-dessus des roseaux; actuellement, en comparant des situations mtos semblables, ce ne sont qu'une trentaine de Martinets ou seulement quelques Hiron-delles qui volent au-dessus de Pouta-Fontana...

    La Rousserolle turdode est note comme nicheuse dans la rserve depuis des dcennies, et jusqu'en 1987, chaque anne trois couples se cantonnaient dans les roselires inondes. En 1988, seul un mle a t entendu quelques jours au mois de mai, et depuis lors, aucune Turdode n'a daign nicher dans la rserve. Cette anne l, c'est aussi la premire fois qu'un mle, solitaire, a essay de s'installer dans la graviere la hauteur du terrain de football de Grne, mais en vain...

    Cette espce a dj fait l'objet de plusieurs tudes, autant sur le rgime alimentaire, que sur l'cologie et les causes de disparition, en particulier par DYRCZ (1979,1980).

    Pour tenter de comprendre l'vincement de Pouta-Fontana, mettons en parallle les facteurs avancs pour la rgression en Europe centrale, avec la situation que nous connaissons Pouta-Fontana:

    - les populations en marge de 1 ' aire de rpartition sont plus fragiles face aux perturbations pouvant intervenir dans leur environnement, vu qu'elle ne disposent pas d'un rservoir suffisant d'individus pour recoloniser les sites abandonns. Espce temprament mditerranen,

    30

  • la Turdode trouve des conditions climatiques et cologiques optimales en Valais central et ne peut pas tre considre comme une espce occupant un bastion septentrional au coeur des Alpes. De plus, les couples nichant au Vieux-Rhne Loche sont toujours prsents et on a mme dcouvert des mles cherchant s ' installer dans le Haut-Valais (B. POSSE & E. WIDMANN).

    - les changements climatiques intervenus durant cette dernire dcennie, caractrise par des printemps frais et pluvieux, mais compen-ss par une scheresse estivale, favoriseraient plutt cette espce du Sud. En effet, les basses eaux estivales acclrent le dveloppement des insectes et facilitent la capture des proies pour nourrir les jeunes, qui, suffisamment nourris, crient peu et chappent ainsi aux prdateurs.

    - les modifications du biotope notes Grne ne sont que favorables l'espce: la construction d'une vanne permettant de maintenir le niveau d'eau estivale lev, favorise le dveloppement de vastes roselires inondes, indispensables la survie de cette Rousserolle.

    - la qualit des eaux s'coulant dans la rserve, bien que lamentable, stimulent malheureusement la croissance des algues envahissantes et le dveloppement d'espces d'insectes peu exigeants (Chironomes, Mous-tiques, Sialis...), alors qu'elles nuisent la diversit de l'entomofaune. Cependant, cette eutrophisation initiale ne compromet pas encore l'avifaune, et selon DYRCZ (1980), les marais eutrophes sont plus favorables aux Rousserolles que les oligotrophes, de par leur abondance en nourriture.

    - les terrains de gagnage (remblais, digues,...) proximit du territoire de reproduction s ' avrent vitaux pour le succs de reproduction, car elle chasse autant prs de l'eau que sur le sol. Depuis l'poque de l'endiguement du Rhne, il n'y a pas eu de changement au niveau de la topographie; l'embuissonnement tant jugul par la monte des eaux en t, il reste des zones dgages mergeant de la surface des tangs.

    - le rgime alimentaire peut varier considrablement d'une aire gographique une autre et l'oiseau adapte son rgime alimentaire en fonction des possibilits nutritives du milieu (V. ANTONIAZZA, 1980). La proportion des Odonates comme proies chez les couples tudis sur la rive sud du Lac de Neuchtel atteint 60 %, alors qu'en Camargue, les Orthoptres et les Lpidoptres occupent 60 % de la dite (BUSSMANN, 1977). La nourriture de la Turdode en Suisse occidentale et en Pologne est constitue de Diptres adultes (Moustiques, Chironomes...) pour 68 % du nombre de proies apportes au nid par le couple et 25 % du poids total de la nourriture reue par les jeunes. Nous pouvons trs bien imagin qu' Pouta-Fontana, vu la pauvret en gros insectes (Libellules...), cette Rousserolle devait se rabattre sur les proies les plus abondantes, les moustiques en l'occurence.

    31

  • Espces Roselires1 Sous-bois1 Forts1 Jardins' Hivernants2 Statut VS2 Liste Rouge3

    Grbe castreux Blongios nain Hron cendr Cygne tubercul Sarcelle d'hiver Canard colvert Canard pilet Sarcelle d't Rle d'eau Marouette poussin Poule d'eau Foulque macroule Tourterelle

    des bois Coucou gris Torcol Pic vert Pic peiche Pic peichette

    4 1(7) (1) 1 1 14 (1) (1) 4 1-2? 6 15

    -1 ----

    Bergeronnette grise -Troglodyte Rougegorge Rossignol Merle noir Grive litorne Grive musicienne Rousserolle

    verderolle Rousserolle

    effarvatte Rousserole

    turbode Fauvette

    des jardins Fauvette

    tte noire Pouillot siffleur Pouillot vloce Gobemouche gris Msange longue

    queue Msange nonnette Msange noire Msange bleue Msange

    charbonnire Sittelle Grimpereau

    des jardins Pie-griche

    corcheur Geai des chnes Corneille noir Etourneau Moineau friquet

    ------

    10

    32

    +

    -

    ----

    ----

    -

    -

    -----

    ------------

    2 ------3 4 14 8 --

    -

    -

    -

    2

    14 -10 -

    4 4 1-2 -

    --

    -

    -----

    ------------

    --2 1 3 3 -----1 2

    -

    -

    -

    -

    -1 -1

    ---8

    10 3

    2

    -1 1-2 4 10

    ------------

    ------1 ---2 2 _

    -

    -

    -

    -

    ---1

    ----

    --

    -

    1 ----

    4-10 -5-25 -10-60 100-400 --2-3 -4-6 40-60

    ---2 6 6 -r r -r r 3-6

    -

    -

    -

    -

    _ ---

    20-30 5-10 10-20 30-40

    10-20 5-10

    -

    -5-10 0-2 0-20 10

    8 1-3 (1) 2* (1) 30 --10 1-2? 25-30 20

    20 r r r r r r r r r r r r

    100

    60

    2-4

    r

    r r r r

    r r r r

    r r

    r

    r r r r r

    3 1 6 6 5 6 5 5 6 5 6 6

    3 2 2 2 6 6 6 6 6 6 6 6 6

    6

    6

    2

    6

    6 6 6 6

    6 6 6 6

    6 6

    6

    2 6 6 6 6

    32

  • Espces Roselires1

    Pinson des arbres -Serin cini Verdier Chardonnet Bouvreuil Grosbec Bruant des roseaux 5

    Sous-bois1

    _ ---1 --

    Forts'

    6 ----2 -

    Jardins1

    _ 2 1 3 ---

    Hivernants2

    0-10 2-10 2-4 2-10 0-10 2-10 -

    Statut VS2

    r r r r r r r

    Liste Rouge3

    6 6 6 6 6 6 6

    Tabl. I. Effectifs des oiseaux nicheurs de la rserve de Pouta-Fontana pour les annes 1989-1990. 1 Les chiffres mentionns dans les quatre premires colonnes se rapportent au nombre de couples des

    espces nicheuses pour les annes 1989 et 1990, voire antrieurement pour les espces n'ayant nich qu'une seule fois (Sarcelle d't, Hron cendr, Canard pilet).

    (): nidification prouve qu'une ou deux fois, r: rpandue. ?: nidification incertaine actuellement. +: disparue.

    2 Plus difficile cerner, le nombre d'individus hivernants (Hivernants) et le nombre de couples nicheurs en Valais (Statut en Valais) sont des estimations titre de comparaison, sans le Lman.

    3 Le statut en Suisse est prcis d'aprs les critres de la dernire Liste Rouge des oiseaux nicheurs de Suisse (ZBINDEN & BIBER, 1989): 1 : espces dont les effectifs ont fortement diminu et atteint un seuil critique. 2: espces ayant subi rgionalement une forte rgression ou ayant disparu de plusieurs rgions. 3: espces nichant rgulirement, mais dont les effectifs sont faibles et vulnrables. 4: espces pour la conservation desquelles la Suisse a une responsabilit particulires (espces

    boro-alpines). 5: espces qui, pour des rgions biogographiques ou cologiques, n'ont jamais nich en grand

    nombre en Suisse. 6: espces abondantes dont aucun signe de rgression numrique n'est perceptible en Suisse.

    Affirmer que la Rousserolle turdode a pti des traitements larvicides au point de disparatre, il n'y a qu'un pas qu'il est difficile de ne pas franchir. Mais quand on connat l'importance capitale de l'offre en nourriture dans la rpartition d'une espce, on ne peut que s'y soustraire. De plus, un ultime argument provient de la disparition, en 1990, de deux couples de Rousserolles verderolles au bord du canal, endroit trait l'anne prcdente. Cette espce niche dans les milieux buissonnants et chasse dans la vgtation arbustive les menus insectes, surtout les Htroptres (Punaises) et les Diptres....(GLUTZ, 1991).

    CONCLUSION

    Malgr les cicatrices qui dchirent l'horizon, le paysage diversifi et impressionnant de Pouta-Fontana en fait un de nos plus beaux sites naturels, apprci par de nombreuses personnes se promenant sur la digue du Rhne. La rserve est un sanctuaire pour les espces lies aux zones humides. Puissent d'autres joyaux de nature sauvage tre pargns et ramnags au coeur de la plaine valaisanne!

    33

  • Remerciements

    Je remercie vivement Jean-Claude Praz, conservateur du Muse cantonal d'histoire naturelle de Sion, pour m'avoir propos ce mandat et conseill pour sa ralisation, ainsi que pour avoir amender et critiquer le manuscrit avant sa version finale. Toute ma reconnaissance au Service de la protection de l'environnement, qui a financ cette tude, plus particulirement M. Grard Debons qui m'a procur des documents photographi-ques et des informations sur la rserve et les traitements antimoustiques; P.-A. Oggier, prsident de la Commission de Pouta-Fontana, qui a critiqu le manuscrit et m'a fait bnficier de sa longue exprience dans la protection de la nature; Carlo Bottani, grand connaisseur de la rserve depuis plus de 30 ans, Irne Simonetta, Alain Lugon et Emmanuel Widmann, qui m'ont rgulirement communiqu leurs observations. Sincres remerciements Bertrand Posse pour avoir actualis le tableau en ce qui concerne l'effectif de certaines espces valaisannes, ainsi qu' Michel Antoniazza, spcialiste de l'avifaune des marais, travaillant depuis plus de vingt ans sur la rive sud du lac de Neuchtel, et qui a donn son avis sur la disparition des Rousserolles turdodes.

    Bibliographie

    ANTONIAZZA, M. & R. LEVEQUE (1977). La Msange moustaches, Panurus biarmicus, une nouvelle espce nicheuse de l'avifaune suisse. Nos Oiseaux 34: 93-110.

    ANTONIAZZA, M. (1979). Les oiseaux nicheurs des marais non boiss de la rive sud du lac de Neuchtel. Travail de licence. Universit de Neuchtel.

    ANTONIAZZA, V. (1980). Rgime alimentaire et isolement cologique de trois passereaux nicheurs des marais de la rive sud du lac de Neuchtel, Travail de licence. Universit de Neuchtel.

    ARLETTAZ, R. (1978). L'activit ornithologique valaisanne en 1977 et 1978. Bull. Murithienne 95: 77-86.

    (1988). Statut du Hibou grand-duc, Bubo bubo, en Valais central. Bull. Murithienne 106 : 3-23.

    (1990). La population relictuelle du Hibou petit-duc, Otus scops, en Valais central: dynamique, organisation spatiale, habitat et protection. Nos Oiseaux 40: 31-343.

    ARLETTAZ, R. & G. TENTHOREY. ( 1981 ). Activit du groupe ornithologique valaisan en 1979 et 1980. Bull. Murithienne 98: 67-75.

    ARLETTAZ, R., R. LUGON & S. PELLAUD. (1988). A propos d'un cas de nidification vraisemblable du Gupier, Merops apiaster, en Valais. Nos Oiseaux 39: 420.

    BERNDT, R. & FRANTZEN, M. ( 1974). Katastrophaler Rckgang der Rohrsnger bei Braunschweig. Ber. Dtsch. Sekt. Int. Rat Vogelschutz 14: 48-54.

    BRESSOUD, B., P.-A. OGGIER & F. CATZEFLIS (1977). Etude botanique de la rserve de Pouta-Fontana, Grne. Bull. Murithienne 94: 85-117.

    BRUDERER, B. & W. THNEN. (1977). Liste Rouge des espces d'oiseaux menaces et rares en Suisse. Comit suisse pour la protection des oiseaux. 36 p.

    BRUDERER, B. & R. LUDER. (1982). La Liste rouge, instrument de la protection des oiseaux. Premire rvision de la Liste Rouge des espces d'oiseaux nicheurs menaces et rares en Suisse. Comit suisse pour la protection des oiseaux. Station ornithologique suisse de Sempach.

    CATCHPOLE, C, LEISLER B., and H. WINKLER. (1985). Polygyny in the great reed warbler, Acrocephalus arundinaceus: a possible case of deception. Behav. Ecol. Sociobiol. 16:285-291.

    34

  • DESFAYES, M. ( 1952). Inventaire des oiseaux du Valais. Tir part avec rvisions. Bull. Murithienne 68: 1-53.

    (1966). Les oiseaux des marais de Grne. Bull. Murithienne 67: 191-196. (1966). En Valais: les changements en un dcennie. Nos Oiseaux 28: 162-172. (1984). Flore aquatique du Valais et du Chablais vaudois. Bull. Murithienne 102: 3-

    97. DYRCZ, A. (1979). Die Nestlingsnahrung bei Drosselrohrsnger Acrocephalus

    arundinaceus und Teichrohrsnger Acrocephalus scirpaceus an den Teichen bei Milicz in Polen und zwei Seen in der Westschweiz. Orn. Beob. 76: 305-316.

    (1980). Breeding ecology of great reed warbler, Acrocephalus arundinaceus, and reed warbler, Acrocephalus scirpaceus at fish-ponds in SW Poland and lakes in NW Switzerland. Acta Ornithologica XVIII. Varsovie.

    FOURNIER, B. & A. SIERRO.(1984). Chronique ornithologique valaisanne pour les annes 1981 et 1982. Bull. Murithienne 102: 159-166.

    (1986). Chronique ornithologique valaisanne pour les annes 1983 et 1984. Bull. Murithienne 104: 25-34.

    ^ (1986). Nidification du Canard pilet, Anas acuta, aux marais de Grne, Valais. Nos Oiseaux 38: 296.

    GEROUDET, P. (1960-1989). Chronique ornithologique romande. Nos Oiseaux 23 40. (1978). Grands chassiers, Gallinacs, Rles d'Europe. Delachaux et Niestl.

    Neuchtel. 427 pp. (1982). Les Palmipdes. Delachaux et Niestl. Neuchtel. 227 pp. GLUTZ VON BLOTZHEIM, U. N. (1991). Handbuch der Vgel Mitteleuropas. Band

    12/1, Passeriformes 3: Sylvidae. AULA-Verlag. Wiesbaden. .HAINARD, R. (1935). Les Oiseaux du marais de Grne. Bull. Murithienne 52: 91-93. KLUYVER, H. N. (1955). Das Verhalten des Drosselrohrsngers, Acrocephalus

    arundinaceus, am Brutplatz mit besonderer Bercksichtigung der Nestbautechnik und der Revierbehauptung. Ardea 43, 1-49.

    LEISLER, B. (1989). Grundlagen fr den Artenschutz des Drosselrohrsngers, Acrocephalus arundinaceus: Lebensraumansprche und mgliche Gefhrdungsursachen. Schriftenreihe Bayer. Landesamt fr Umweltschutz 92, 29-36.

    MANUEL, F., M. ANTONIAZZA, & B. RENEVEY. (1991). La Grande Cariaie. Editions 24 Heures. Lausanne. 246 pp.

    OGGIER, P.-A. (1971). Expansion du Milan noir, Milvus migrans, en Valais. Nos Oiseaux 31: 135-136.

    ( 1983). Pouta-Fontana, plan de gestion. Rapport interne. Service de l'environnement du canton du Valais. 55 pp.

    PRAZ, J.-C. (1968). Contribution l'tude de la faune de la rserve de Grne. Bull. Murithienne 85: 77-88.

    (1970). Aperu de la faune du marais de Grne en Valais. Nos Oiseaux 30: 201-214. RABOUD, G. (1979). Les espces culicidiennes de la rserve de Pouta-Fontana: tude

    cologique et dmoustication. Thse EPFZ. Bull. Soc. Ent. Suisse 53: 11-125. RAVUSSIN, P.-A. (1979). Evolution de l'avifaune nicheuse d'un cimetire lausannois

    au cours de 25 annes. Nos Oiseaux 35: 157-169. REICHHOLF, J. (1973). Die Bestandentwicklung bei Drosse\-(Acrocephalus

    arundinaceus) und Teichrohrsnger (Acrocephalus scirpaceus) in einem Kontrollgebiet am Unteren Inn. Anz. Orn. Ges. Bayern 12: 210-213.

    ROMAILLER, G. (1983). Etude de l'influence des rejets des eaux de la STEP de Granges sur le biotope de la rserve de Pouta-Fontana. Service de la Protection de l'environ-nement du canton du Valais. Rapport interne.

    35

  • SIERRO, A. (1988) Chronique ornithologique valaisanne pour les annes 1985 et 1986. Bull. Murithienne 106: 37-50.

    (1990). Chronique ornithologique valaisanne pour les annes 1987 et 1988. Bull. Murithienne 108: 51-69.

    (1991). Ecologie de l'Engoulevent en Valais: biotope, occupation spatiale et protection. Nos Oiseaux 41: 209-235.

    ZBINDEN, N. & O. BIBER (1989.) L'volution de Vavifaune en Suisse. Rapport de la Station ornithologique suisse.

    ZURWERRA, A. (1988) Inventaire des insectes aquatiques de la rserve naturelle de Pouta-Fontana et proposition d'amnagement (Commune de Grne et de Sierre). Bull. Murithienne 106:51-73.

    36